18-19 décembre 2021 : Taillefer et Chartreuse

Samedi 18 et dimanche 19 décembre 2021 : stage Neige et Avalanche NA1

Participants : Alberto, Alex, Alexandre, Aude, Benoît, Carole, Claire, Eric, Fabien, France, François, Hadrien, Jean-Marc, Laurent, Mathilde, Matthias, Nicolas, Sophie

Lieu : Alpes Taillefer et Chartreuse

Jour I : Le Taillefer

Mathilde avait choisi le Taillefer pour cette première journée de formation. Excellente idée car on néglige trop souvent ce joli massif aux portes de l’Oisans et si proche de Grenoble. Les cheffes, Claire et Mathilde, avaient donné rendez-vous à 9h00 au lieu-dit La Morte, connu aussi sous le nom plus sympathique de l’Alpe du Grand Serre.

La route remonte la vallée de la Romanche, puis s’en écarte à hauteur de la triste Séchilienne, et ô merveille franchit la barrière de nuages après quelques. Quel plaisir d’être matinal ce samedi !

Matinal, enfin, pas tout le monde… car la mode de Paris a vite déteint sur les logeurs de nos citadins qui, pimpants, débarquent peu avant 10h. Il parait qu’on a trainé sous les plaids… Ce petit retard permet à nos Niçoises, Benoit et François, attendus pour le piquenique, de monter leur décapotable jusqu’à l’Alpe juste avant le départ de la rando. La formation, interrompue par cette arrivée vrombissante, quelque part entre le chapitre sur le sac de la randonneuse idéale et celui de la pose des peaux, reprend son cours.

Un petit test des DVA et la troupe s’ébranle le long d’un chemin forestier damé pour le ski de fond mais ce jour-là sans fondeurs. Puisque l’on parle de la troupe, c’est le moment du générique : Claire et Mathilde, déesses du NA, Fabien, champion de l’hospitalité, Matthias, Aude, Hadrien et Alberto, héros du plaid, François et Benoît stars de la Riviera, et l’Olympe local composé ce jour-là de Lolo, Sophie, France, Alex, Alex (sic), et Nico.

Jolie montée sur piste à travers bois, et on se sépare en deux groupes un peu avant de couper dans la forêt. Les groupes se croisent ici ou là et attaquent une jolie combe idéale pour la leçon de chose : sur un versant la neige a commencé à transformer légèrement tandis que sur l’autre elle a peu changé, mais a par contre subi les effets du vent sans toutefois former de véritable plaque à vent. La combe atteint la crête du Brouffier, qui offre une vue superbe sur le flanc sud de Belledonne et les Grandes Rousses. Un peu plus loin, le Vercors et la Chartreuse. L’arête est bien ventée et les groupes se transforment : les uns montent jusqu’au point culminant de la crête, les frileux redescendent à l’abri.

Le piquenique est l’occasion pour Claire de faire quelques rappels théoriques sur la conduite à tenir en cas d’avalanche. Mais l’heure tourne et le « léger » retard du matin nous oblige à reporter les exercices de pelletage au lendemain.

La fin de la descente en forêt est charmante et joueuse. Que du plaisir.

Jour II : La Chartreuse

Pour ce deuxième jour Mathilde a jeté son dévolu sur la Chartreuse. C’est notre bois de Vincennes à nous. Tout près de chez nous. La comparaison s’arrête là. Les travailleurs du samedi, Caro et Ricou nous rejoignent. Caro, notons-le, est la vraie « pays ». La Chartreuse c’est son jardin d’enfant. Direction le Charmant Som. L’horaire de ce dimanche était fixé par l’autocar de Caro et semble-t-il des ébats plus brefs sous le plaid – peut être la faute au retour par la forêt et au pinard de la veille

On monte le long de l’ancienne piste de ski. En ces jours de ski de rando en Chartreuse devenus si rares, l’itinéraire est bien fréquenté et les bosses se sont reformées comme jadis avant l’invention débile de la dameuse. Les bossent donnent un peu de fil à retordre à quelques-uns dans le goulet le long du torrent.

Petit dénivelé au programme parce que ça va creuser. Vue panoramique tout de même pour le piquenique.

Les exercices commencent par la traditionnelle recherche DVA en petit groupe, avec finition en croix. Ca se corse quand on passe à la recherche multi-victime du premier groupe. On oublie des blessés ici, on appelle les secours à tout bout de champ et personne ne gère grand-chose. On s’en tire à peu près dans les temps.. mais il y a des progrès à faire.

Le deuxième groupe de victimes est totalement hystérique… comment vous dire : imaginez Almodovar tournant « Femmes au bord de la crise de nerfs » dans les châteaux Rhénans. Toutefois, les chercheurs gardent leur calme : Fabien est aux commandes et gère sa troupe avec efficacité jusqu’à ce qu’un vent de confusion vienne souffler sur les recherches, car les cheffes avaient tendu un piège et caché un DVA supplémentaire. Seul Lolo, tenace et téméraire comme Bayard, s’évertue à creuser, creuser, creuser. On crie de toute parts, on appelle à aller « rejoindre les allemands », lesquels parlent aussi espagnol et braillent toujours. L’empire de Charles Quint se reforme sur les pentes du Charmant Som, tandis que Lolo creuse toujours et encore. Mais trouve enfin le précieux Graal. Ah ce Lolo ! Le deuxième groupe finit sa recherche avec brio.

Descente ludique dans les bosses puis cérémonie des diplômes autour d’un vin chaud au col de Porte. Un très très grand merci à nos formatrices et organisatrices Claire et Mathilde.


Jours suivants : Le plaid

Le vilain omicron a pris part aux ébats sous le plaid. On pense à nos confinés dans leurs appartements parisiens…


QCM

Qu’est-ce qu’un Arva ? (Plusieurs réponses possibles)

  1. Un auto-test Covid19
  2. Un DVA
  3. Une marque de sonde
  4. Un plaid fabriqué en Rhénanie-Palatinat

Qu’appelle-t-on une pelle ? (Deux réponses minimum)

  1. Ce que certains roulent sous le plaid avec les beaux Rhénans
  2. Ce qui est en métal, jamais en plastique et toujours accessible dans le sac

Qu’entend-on par dépeauter ?

  1. Le fait d’enrouler ses peaux de montée autour de la sonde
  2. Le fait de coller les peaux des deux skis l’une contre l’autre
  3. Le fait de lâcher ses petits filets de protection au vent
  4. …. (réponse libre)

Compléter les phrases ci-dessous avec la liste de mots suivants :

cinquième, relève, leash, stop-skis, ballerine, l’horizontale, sens, lanière, cinquième, montre, perpendiculaires, calles, aiguilles, kiki, fixation
En montée

  1. Je …  le petit … de la fixation avant.
  2. Je tourne ma … dans le … des … d’une … (si elle est de type Dynafit).
  3.  Je rabats mes … si la montée est raide, mais rien ne m’y oblige.
  4. J’attache ma … à ma chaussure que certains appellent …, si j’en ai une.
  5. Je bloque mes … si j’en ai.
  6. Je place mes skis à … et … à la pente pour effectuer la conversion.
  7. Je pense à la … que j’ai toujours rêvé d’être pour mettre mes pieds en … position au cours de la conversion.

Vrai ou faux (si faux, proposer la correction)

En descente

  1. Je bloque au maximum le petit taquet de la fixation avant
  2. Je mets toujours mes dragonnes de bâtons (comme en montée d’ailleurs)

En rando, une personne vous fait signe et vous crie de venir car il y a eu une avalanche. Vous répondez :

  1. Ca va mec, on m’la d’jà faite. Tu m’as pas spoilé toute la peuf, avec ta coulée?
  2. Holy cow, what’s French for 9 1 1?
  3. Ah, ici aussi vous avez un festival Almodovar ?
  4. Vous rassurez la personne, vous vous inquiétez du nombre de victimes, tentez de repérer les indices de surface (bâtons, skis, bonnets, …) et avec vos potes – il y en a au moins un ou une car vous ne partez jamais seuls en montagne – vous prenez les choses en main : Recherche DVA en zigzag, appel du 112 si ça passe, déblocage des DVA des blessés, surveillance d’une possible sur-avalanche, et vous ne déchaussez que pour creuser.

Compte-rendu rédigé par Nicolas.

2021-12-12 : Initiation recherche DVA dans le Mercantour

12 décembre 2021 – Initiation recherches DVA dans le Mercantour

« Neige et soleil compris », comme l’a longtemps vanté le slogan de la station d’Isola 2000. Mouais… Cette fois, le soleil était sans conteste généreux, mais la neige était un peu moins abondante. Une seule belle chute de poudreuse avait eu lieu une semaine avant, mais haut en altitude, et sans sous-couche solide. D’où la décision prise par Benoît, notre GO, de réduire ce week-end d’ouverture à une journée, au départ de la route la plus haute ouverte à cette époque : celle de la station d’Isola 2000. Le groupe était réduit à trois : Benoît, Clément et François, avec pour objectif d’initier Clément aux joies du ski de rando (matériel, conversions à la montée, etc.) au cours d’une balade classique et sans risques, tout en profitant des connaissances acquises par Benoît lors d’une précédente formation NA1 (Initiation neige et avalanche).

Objectifs atteints en tous points, dans une ambiance super amicale et sans pression, pour atteindre la tête Mercière (petit sommet offrant un panorama sublime sur les Alpes du Sud), avant d’attaquer plusieurs simulations de recherche de victime en avalanche :

Benoît a planqué à plusieurs reprises son DVA (appareil de recherche de victimes en avalanches), en n’oubliant pas de le laisser en mode « émission » (n’est-ce pas Benoît ?) au risque de ne pas le retrouver. Et à nous de jouer, en pensant bien aux priorités à se répartir en situation d’urgence :

  • si possible suivre le plus longtemps possible du regard les signes visuels des personnes prises dans l’avalanche, pour mieux localiser leur zone d’enfouissement
  • puis l’un de nous prévient les secours en s’assurant qu’il sait leur donner nos infos de localisation, les circonstances, le nombre de personnes prises dans l’avalanche, les éventuels blessés, etc.
  • l’autre passe son DVA sans attendre en mode « réception », et s’assure que les téléphones portables sont éteints.
  • il commence sa recherche en descendant dans l’avalanche en larges zig-zag, espacés verticalement d’environ 10 mètres
  • puis lorsque le signal qui lui parvient est proche (moins de 2 mètres), il passe en mode de recherche « en croix » et, au point le plus proche trouvé, commence sans attendre à sonder.

Dans ce scénario, Clément et moi nous mettons alors à pelleter en contrebas immédiat de la zone identifiée, en nous relayant (l’un creuse au plus près, l’autre évacue la neige juste derrière), de façon à dégager une plateforme en forme de cône.

Une fois le DVA de la victime trouvé, Benoît en profite pour nous sensibiliser à l’étude des différentes couches de neige cumulées (coupe verticale dans la neige). C’est une étape importante pour savoir si, par exemple, une couche inférieure instable serait de nature à déstabiliser tout le manteau neigeux, avant d’envisager d’aller plus loin au cours d’une sortie.

Cette fois, pas besoin d’être un grand spécialiste : une seule couche, d’environ 60 cm d’épaisseur, en cours de tassement (mais pas assez pour protéger nos spatules des contacts avec les rochers au cours de cette descente !).

Heureusement, nous avions la perspective de trouver une neige plus abondante le week-end suivant, pour la partie pratique du stage NA1 « officiel », organisé par Claire autour de Grenoble et qui, grâce à notre affiliation récente à la FFCAM et aux compétences de formatrices agrées de Claire et Mathilde, nous a permis d’approfondir le sujet de la sécurité en avalanche ! Un autre stage similaire sera organisé aussi dans les Pyrénées avec Yann dès janvier, confirmant le dynamisme de la toute jeune section alpine de GGG !

Rédacteur: François

Du 03 au 06-12-2021 : Histoire enneigée à Tignes

Tignes, nom proprement magique qui fait rêver. Tout comme Val d’Isère en liaison skiable de l’autre côté de la vallée.

Glisser, patiner, déraper entre 2100 et 3400 mètres d’altitude, c’est du sport ! Surtout concentré sur un week-end (3 jours). Particulièrement quand il neige, pleut et vente dès le lendemain du premier jour.

Une occasion idéale de compléter son équipement tant les conditions sont rudes. Négatif à 12 parfois 16 degrés, un vent de travers à déchausser, décoiffer, aveugler…

On a testé les plaques de glace un jour, l’abondance de poudreuse le lendemain et quelques bourrasques de pluie. Nicolas Vanier peut venir s’entraîner ici ! On lui aurait appris à jouer aux cartes avec les règles du jeu Dutch pour se réchauffer et faire connaissance avec les beautés fatales de notre groupe.

Lionel

16-17 octobre 2021 : Boucle sauvage au Montcalm (3077m)

Samedi 16 et 17 octobre 2021 : belle boucle sauvage (très sauvage) au MontCalm avec Grimpe et Glisse Section Alpine.

Paricipants : Renaud & Yann

Lieu : Pyrénées, La Haute Ariège, Massif du Montcalm et du Pic des Estats


Samedi 16 octobre 2021

Renaud arrive de Paris par le train de nuit. Le train arrive tôt à Tarascon-sur-Ariège. Je suis parti la veille de Bordeaux, et j’ai dormi sur le chemin dans une zone d’observation des oiseaux (Domaine des Oiseaux à Mazères). Les cris des oiseaux et des cris effrayants d’animaux sûrement étranges et magiques m’ont bercé toute la nuit.

Nous garons la voiture à l’étang de Soulcem près de l’Orris de Carla (1654m).

Nous contournons un peu l’étang de Soulcem puis la montée devient directe vers l’étang de Riufret, qu’on laisse à gauche et nous montons au col de Riufret (2978m).

Au niveau du col de Riuffret, nous laissons nos sacs et grimpons au Pic Verdaguer (3131m) en passant par le Cap Coume de Riufret (3040m) et le Pic d’Estats (3143m).

Nous redescendons au col Riuffret, nous reprenons nos sacs pour grimper encore 5 minutes jusqu’au sommet du Montcalm (3077m).

Bivouac au sommet du Montcalm.


Dimanche 17 octobre 2021

Après ce bivouac tranquille, nous descendons à l’étang gelé de la Counette d’Estats (2736m). Il faut casser la glace au piolet pour remplir les bouteilles d’eau.

Dimanche matin, la corvée d’eau commence par frapper fort avec le piolet pour percer les 10 cm d’épaisseur de glace du lac.

Nous montons au Sottlo (3072m) (et un petit thé bien chaud au sommet) et en passant sur le fil de la crête nous rejoignons l’antécime Nord du Sotllo (3058m).

Nous basculons du côté espagnol par le port de Sotllo (2894m).

Et nous descendons vers les Estany d’Estats. Nous montons au lac caché à 2941m qui se trouve entre le Pic d’Estats et le Pic de Canalbona.

De là, sans les sacs on monte rapidement au Rodó de Canalbona (3004m).

Nous descendons prudemment via un itinéraire plus ou moins cairné et escarpé et 2 faux cols vers l’Estany de Canalbona pour remonter côté français par le col de Canalbonne à 2791m. Descente très rapide par l’étang de Canalbonne (en France), puis les étangs de la Gardelle et nous longeons le ruisseau de la Gardelle pour plonger finalement vers l’étang de Soulcem.

La boucle est terminée, juste à temps pour rejoindre Tarascon-sur-Ariège à 20h10, quelques minutes avant le train de nuit pour le retour de Renaud à Paris.


Récit par Yann

Séjour Valloire du 22 au 28 août 2020

C’est pour un séjour multi activités que l’équipe Vincent, Francis, Alain, Yoann, Cyril et moi- même, nous nous sommes retrouvés en cette fin août pour partager à des journées de randonnée, descente en raft sur La Grave, et VTT.

Les randonnées nous ont permis de découvrir ou redécouvrir les charmes de la Maurienne pour 4 jours de randonnée à la journée : Lac des Cerces, Combe des Aiguilles d’Arves, Pain de Sucre, ainsi qu’une dernière randonnée qui nous a permis de retrouver le refuge de Terre Rouge, où nous étions passés lors du Tour du Viso.

Un peu d’adrénaline au programme avec une descente en raft au départ de La Grave et également une demie -journée de VTT sur les pistes de Valloire.

Une mention spéciale à Yoann et Alain qui se sont envoyés en l’air pour un baptême en ULM.

Le beau temps et les copieux repas du soir nous ont permis de passer une belle semaine dans un séjour nouvelle formule.

Bien à vous, jp

Furtif séjour au Bettaix !

Notre GO Vincent en tête, les premiers séjournants arrivent dès vendredi dans la vallée de la Tarentaise. Notre co-GO Francis quitte la ligne bleue des Vosges le lendemain à 5 heures du mat pour assurer avec eux le plein de victuailles. 

Bien que les stations RER Etoile et Auber soient bloquées suite à un nouveau pic de gilets jaunes, les transports en commun fonctionnent normalement, jusqu’à Moutiers où le minibus affrété par Alain attend le reste du groupe. 

L’organisation est impeccable, le chalet fonctionnel et agréable, les consignes de prévention contre le coronavirus respectées. Grisés par l’air pur des cimes, les 12 glisseurs entament la soirée dans une ambiance joviale à un mètre les uns des autres, lorsque surgissent sur l’écran de télévision deux visages graves et contrits : à la veille des municipales, le gouvernement nous dévoile l’ampleur de l’épidémie du coronavirus. La consigne est claire : restez chez vous et allez voter.

Au petit matin, un agréable messager nous prévient au chalet que la station doit être évacuée au plus vite. L’ingéniosité bat son plein.

 Deux d’entre nous réussissent à changer leur billet de train. Deux seront conduits à Grenoble dans la voiture de notre camarades ardéchois. Un autre prendra demain la place disponible dans la voiture du GO.

 Les 3 autres trouvent une place sur Bla-Bla-Car et en interrogeant les chalets voisins. Assurés de pouvoir rejoindre nos domiciles, nous savourons ensemble les spaghettis bolognaise et autres denrées les plus périssables. Quelques uns parcourent à pied les chemins environnants sous un soleil radieux. Le groupe s’égrène progressivement. La plupart d’entre nous poursuivront leur semaine sportive en télé-vacances dans leur studio parisien avant de reprendre en télé-travail, ou d’affronter l’air confiné du métro pour assurer la survie de la population, ou de leur patron. 

Notre furtif séjour alpin nous laisse le souvenir de grandes bouffées de rire et d’air pur, 2000 mètres au dessus des soudaines perspectives de distanciation sociale généralisée. 

Et si l’épreuve que nous impose cet ennemi invisible rendait au « vivre ensemble » la priorité qu’il mérite et qui nourrit l’esprit associatif ? Banco ! Et comme on dit non loin du Québec : take care …

Hauteluce, neige, neige, ski, ski

Cette année deux modalités de compte rendu, 

Un compte rendu artistique !

Yoni participant pour la première fois à ce séjour nous a concocté une superbe affiche l’illustrant.

Affiche Hauteluce 2020

Un compte rendu littéraire par Luc !

Hauteluce, pour moi, c’est :

Un village magnifique, totalement savoyard et niché au milieu d’une vallée.

Une joie de voir la neige tomber deux jours durant et recouvrir le village et la montagne.

Deux jours sans ski mais une découverte du  village des Saisies et une randonnée dans la forêt toute enneigée.

Une joyeuse bande d’amis très accueillante et avec des caractères hétéroclites. Je me suis senti rapidement comme à la maison.

Un domaine skiable à taille humaine avec de très belle pistes, pour certaines dans les bois, pas mal de neige et  avec très peu de monde à cette période de l’année.  

Je peux dire que j’ai pu compter sur le soutien et les conseils du groupe de skieurs (mon niveau de ski étant moyen..). Je pense en particulier à la descente sur la piste noire Rebans pour rejoindre la piste Liaison en dérapage sans mes skis. Sans eux je n’aurai jamais pu m’arrêter !

Un chalet tout à fait typique, en haut du village, spacieux et très agréable pour vivre à dix pendant une semaine et surtout une terrasse où l’on vient profiter de la vue sur le clocher, le Mont Blanc et discuter autour d’un verre, d’un café ou d’une cigarette.

Un duo aux fourneaux différent tous les soirs.

Francis nous avait concocté un menu pour la semaine au top, équilibré et généreux. Tout le monde y a mis de sien et chaque repas fût un succès.

Et des rigolades, des apéros et des soirées hautes en couleur et en chansons.

A faire, A refaire, A re refaire. Certains, d’ailleurs, le font depuis quinze ans.

Luc


Quelques chiffres toutefois: (Merci Dominique)

  • 11 participants dont deux nouveaux adeptes: Luc et Yoni.
  • 1 Organisateur: Francis, toujours au top et bienveillant à notre confort
  • 1 nouveau resto d’altitude pour le déjeûner ayant trouvé grâce à nos yeux et surtout à nos papilles
  • 4 jours de ski dans la poudreuse
  • 2 jours de repos: promenades, sieste et jeux de carte (dont le UNO) en regardant la neige tomber à foison par les fenêtre de notre superbe logis au sein du village de Hauteluce
  • 4 Madison (danse en ligne) au cours d’un des…
  • …7 apéros du soir avec petit punch nouvelle formule: citron, alcool de fruit, et eau gazeuse pour alléger le taux d’alcoolémie mais pour multiplier le nombre de verres par personne !

Modifier

Tignes 2019

En attente du compte rendu, quelques mots: Arrivée chaotique suite aux perturbations des transports par train mais superbe compensation pour le beau temps, la belle neige et les pistes presque privatives pour les six skieurs que nous étions avec une nouvelle recrue: Julien en provenance de Suisse.